En 1996, la conjoncture économique de la région cognaçaise est devenue très difficile. Celle ci, associée à un signal « faible » mais néanmoins palpable d’un meilleur respect de l’environnement et d’une attention plus accrue des consommateurs nous a amené à remettre totalement en cause notre façon de procéder.

 

Il a fallu concevoir une autre philosophie permettant une évolution de notre métier en adéquation avec les critères cités   ci-dessus. C’est dans cet esprit qu’a été conçu OPTIMUS.

OPTIMUS est un système de protection optimisé du vignoble adaptable à chaque exploitation viticole.

Le système doit répondre aux impératifs suivants :

  • Traiter au plus juste en fonction des risques réels.
  • Fertiliser au plus juste en fonction d’analyses de terre.
  • Obtenir une récolte saine, de qualité régulière avec un minimum de résidus.
  • Optimiser les rendements en fonction des objectifs de chaque viticulteur.
  • Utiliser les produits les plus neutres possibles pour l’homme et l’environnement.
  • Mettre ces mêmes produits en quantités minimums.
  • Déterminer un mode de culture facilitant les principes cités ci dessus.

 

Le respect des engagements ci-dessus nécessite d’avoir des informations précises et fiables sur les données climatiques. Un réseau météorologique de 10 stations réparties sur les Charentes et la Gironde permettent d'affiner les conseils techniques  grâce à des "modèles" informatiques.

Ils sont capables, à partir des données climatiques de nos stations météo, de préciser le niveau de risque de développement ou non des différents parasites.Cinq « modèles » sont à notre disposition : Un pour le mildiou, deux pour l’oïdium et deux pour le botrytis.

 

Une réunion rassemblant les techniciens a lieu hebdomadairement et plus si circonstances exceptionnelles. Elle a pour objet d’adopter une conduite technique en fonction de la synthèse des informations recueillies sur le terrain et au niveau des données météorologiques. s'ensuit l'envoie d'un bulletin technique, celui ci comporte des analyses de la situation parasite par parasite, ainsi qu’une préconisation, si nécessaire, des produits les mieux adaptés à la situation.

Chaque technicien affinera le conseil au cas par cas après un entretien avec le viticulteur.

 

Enfin, en fin de campagne pour faire les bilans techniques et économiques, analyser les causes d’échec et de succès. Forts d’une expérience nouvelle, nous commençons à préparer la prochaine saison.